Quoi de neuf dans Flex 4 beta et Flash Builder 4 beta ?

Cet article résume les nouveautés et caractéristiques principales des nouvelles versions des produits qui constituent la plateforme Adobe Flash, notamment les solutions tournées vers les applications d'entreprise : le framework Flex 4 et l'IDE Flash Builder 4.

Article lu   fois.

Les deux auteurs

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. Nouveautés Flex 4

Un programme développé à partir de Flex 4 ne pourra s'exécuter qu'avec le Flash Player en version 10

Spark : ce framework intégré de skins & composants graphiques bénéficie des nouveautés apportées par le nouveau Flash Player 10, surcharge l'ancien framework de Flex 3 Halo (lire ici) et apporte de nouveaux effets

FXG : le nouveau format de représentation d'objets graphiques, utilisé comme socle du workflow entre la Creative Suite et Catalyst (lire ici)

Refonte de l'utilisation des états (States) : plus puissants, une déclaration plus simple (requiert le passage au nouveau schéma MXML 2009 pour supporter ces nouveautés) (lire ici)

  • l'utilisation du paramètre "includeIn" sur n'importe quel composant le rattache à l'état relatif à la valeur de ce paramètre (lire ici)
  • apparition de la notion de "groupe d'états"

Le compilateur serait désormais plus véloce (reste à considérer ce propos sur un projet relativement important, ce que nous n'avons pas encore fait)

Le support de l'ASDoc au sein d'un document MXML

Le Data Binding bi-directionnel (ajout du caractère @ devant les {}): si un changement dans le champ de destination s'opère, le champ source se mettra à jour en conséquence (lire ici)

Sélectionneur CSS : basé sur l'ID possédé par le composant

Prise en compte du nouveau moteur de texte du Flash Player 10 ainsi que du framework Text Layout

Pour démarrer avec Flex 4 : lire ici

Enfin, un aperçu des différences dont il faut se soucier pour un passage de Flex 3 à Flex 4 : lire ici

Sources principales

II. Nouveautés Flash Builder 4 (anciennement nommé Flex Builder)

Son nom a changé, pour sonner plus "flashy" (car il aurait dû s'appeler Flex Builder 4, du nom de son prédécesseur) : il devient l'environnement de développement de la plateforme Flash.

Echanges simplifiés entre la partie design et le code "entreprise" grâce à Catalyst : nouveau logiciel "passerelle" permettant de définir les composants et leurs interactions à partir des éléments graphiques produits sous la Creative Suite (Photoshop, Fireworks ou Illustrator en version CS4) et ceci sans écrire de code. Le code généré peut ensuite être intégré sous Flash Builder.

Développement orienté données
  • Simplification de la description des services utilisés par le biais d'une zone dédiée dans l'éditeur
  • Simplification du binding sur un composant graphique par le biais de drag&drop
  • La gestion des données au sein de l'éditeur est de bien meilleure facture qu'auparavant : création de code de paging, ou encore génération des fonctions de CRUD.
Productivité et test
  • Le debugger a été amélioré : il incorpore désormais un évaluateur d'expression ainsi que des breakpoints conditionnels (pour les features les plus importantes)
  • Le refactoring permet désormais de renommer/déplacer une classe sans se soucier de son usage (fini le Ctrl+Shift+G)
  • Génération automatique des getter et setter ainsi que des gestionnaires d'events (c'est surtout ce dernier qui est apprécié car les getters/setter en AS ne sont pas très utilisés)
  • Info bulles affichant la doc ASDoc
  • Un TCP/IP monitor dédié (monitoring des connexions réseau, plus besoin de passer par Firebug ou Wireshark)
  • Le support de Flex Unit "à la sauce JUnit" complètement intégré à l'IDE.
Sources principales
Liste des articles proposés par Objet Direct :
Les stratégies d'héritage avec Hibernate
Quoi de neuf dans Flex 4 beta et Flash Builder 4 beta ?
  

Copyright © 2009 Objet Direct. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.